Quelle est la norme pour une installation électrique ?

L’installation électrique fait partie des travaux indispensables dans une maison. Constituant 3 à 6 % du budget de construction, elle mérite une attention particulière. Pour assurer la sécurité des occupants, une norme électrique de maison a été mise en place. Il s’agit de la norme C 1500 électrique. La norme d’installation électrique d’une habitation concerne autant les constructions neuves que les rénovations.

Recevez gratuitement des devis pour vos travaux électriques

Que prévoit la norme d’installation électrique ?

Toute installation électrique, qu’elle soit rénovée ou neuve, doit être conforme à la norme NF C 15-100. Il s’agit de la norme de référence partagée par tous les acteurs de la filière électrique. Elle évoque les caractéristiques détaillées des installations électriques ainsi que les questions de mise en œuvre. La norme C 1500 électrique s’applique à tous les bâtiments en construction, en rénovation, en modification ou en extension.

Une installation conforme à la norme doit intégrer différents éléments de sécurité, à savoir :

  • Un compteur électrique, dont le rôle est de mesurer la quantité d’électricité consommée.
  • Un disjoncteur général permettant de couper le courant sur l’ensemble de l’installation.
  • Un tableau électrique qui réunit l’ensemble des circuits électriques de l’habitation.
  • Des dispositifs différentiels à haute sensibilité qui servent à sécuriser l’installation électrique et les personnes contre les fuites de courant.
  • Des petits disjoncteurs ou des fusibles pour chaque circuit permettant de protéger contre les surtensions.
  • Des conduits pour protéger les fils conducteurs.

Devis 100 % gratuits pour vos travaux électriques

Les normes électriques applicables à chaque pièce

La norme C 1500 stipule également les normes applicables pour chaque pièce de la maison.

Les pièces de séjour et les chambres

Que cela soit le séjour ou la chambre, les points d’éclairage doivent disposer d’une alimentation au plafond, sur un mur, au sol ou par prise commandée. La salle de séjour peut disposer au moins de 5 prises de courant, dont 1 par tranche de 4 m² et 7 minimum au-delà de 28 m². Pour les chambres, 3 prises peuvent être installées en périphérie. Chacune de ces pièces doit avoir au moins 1 circuit de commande.

La salle de bain, la circulation, WC ou autres locaux

Dans une salle de bain, les points d’éclairage doivent avoir une alimentation au plafond, sur une paroi ou au sol. À cela s’ajoute une alimentation par prise commandée pour les circulations et les autres locaux, sauf pour le WC. Dans la salle de bain, uniquement une prise de courant hors volume est autorisée. Pour la circulation, les WC et autres locaux, une prise de courant est obligatoire au-delà de 4 m². Chacune possède au moins 1 circuit de commande.

La cuisine

Pour la cuisine, les règles sont quelque peu différentes, notamment sur le type de circuit. En effet, elle doit avoir au moins :

  • Un circuit de commande,
  • Un circuit d’alimentation pour cuisinière ou plaque de cuisson,
  • Un circuit spécialisé si vous avez un four indépendant,
  • Un circuit spécialisé pour le lave-vaisselle et le lave-linge.

Concernant les points d’éclairage, les règles sont les mêmes que pour les autres pièces. Par contre, la cuisine peut avoir au moins 6 prises de courant, dont 4 au-dessus du plan de travail et 3 prises en dessous au-delà de 4 m².

Obtenez plusieurs devis gratuits pour vos travaux électriques

Pourquoi le diagnostic électrique est-il obligatoire ?

Si votre installation électrique fait plus de 15 ans et que vous prévoyez de mettre en location ou en vente votre maison, un diagnostic électrique s’impose. Celui-ci répond à la norme NFC 16-600. Il est à noter que ce diagnostic n’a pas pour but de remettre aux normes l’installation électrique du logement en question. En effet, il sert plutôt à vérifier que l’installation vétuste ne présente aucun risque pour la maison et les occupants. La personne en charge du diagnostic va réaliser un examen visuel et quelques mesures ainsi qu’un contrôle en aval de l’appareil général de commande et de protection. En d’autres termes, tout se passe au niveau du disjoncteur et de l’interrupteur de courant.

Le diagnostic électrique doit impérativement être réalisé par un diagnostiqueur certifié, titulaire d’une assurance responsabilité civile. Un rapport doit ensuite être remis au propriétaire du logement.