normes électriques

C’est la norme NFC 15-100 qui règlemente les installations électriques dans les foyers français. Instaurée en 1956, cette norme n’a eu de cesse d’être améliorée, les dernières modifications les plus récentes étant intervenu en 2016, le 1er septembre plus précisément, ce qui instaure une nouvelle norme électrique 2017. Quelle est la teneur de cette modification, sur quels points faut-il faire attention, qui sont concernés par les évolutions normatives ? Toutes les réponses dans notre article.

Demandez des devis gratuits pour vos travaux >>

Pourquoi avoir fait évoluer la norme électrique en 2017 ?

Avec la multiplication des appareillages électriques et électroniques domestiques, il s’est avéré normal sinon obligatoire de faire évoluer la norme électrique, à la fois pour s’adapter au contexte actuel et pour prendre les devants sur les changements encore à venir. La norme NFC 15-100 ayant pour but d’assurer la sécurité électrique avant tout, l’évolution conforte les dispositions existantes tout en les simplifiant pour améliorer leur compréhension et leur mise en œuvre.

Remarque : la mise à jour de la norme électrique française répond également aux exigences d’harmonisation avec les normes européennes et internationales actuelles.(Demandez gratuitement des devis de professionnels pour la mise aux normes de vos installations électriques)

L’essentiel des changements apportés à la NFC 15-100

Les changements majeurs sont apportés par l’amendement 5 qui concerne cinq points dont les normes sur l’appareillage et sur les dispositifs différentiels, la protection contre les surintensités, les prescriptions concernant le tableau électrique, la norme du côté de l’éclairage, la création de la notion d’ETEL ou Espace technique électrique du logement, et enfin la coupure d’urgence. D’autres changements concernent l’installation électrique de la salle de bain.

La notion d’ETEL dans la nouvelle norme électrique

L’ancienne version de la NFC 15-100 établissait la GTL ou la Gaine technique de logement, l’endroit où mettre le compteur et qui permet de distribuer les arrivées et départs. La nouvelle version a créé l’ETEL qui intègre la GTL en y ajoutant toutes les parties communication et alarme. L’amendement 5 apporte plus de précision quant à la situation de l’ETEL. Il est par exemple interdit de prévoir l’ETEL dans une pièce humide telle que la salle de bain. La distance minimale avec un point d’eau est d’au moins 60cm, avec une canalisation et installation de gaz de 10cm.

L’ETEL comprend désormais :

  • Le tableau électrique,
  • Le panneau de contrôle lorsque ce dernier est à l’intérieur du logement,
  • Le disjoncteur différentiel 500mA lorsqu’il est indépendant du panneau de contrôle,
  • Toutes les arrivées et tous les départs électriques.

En outre, l’ETEL comprend également les réseaux et installations de communication, à savoir

  • Radio et télédiffusion,
  • Le central domotique et centre de gestion intelligent,
  • La sonorisation,
  • La Vidéo protection et télésurveillance,
  • Alarmes et dispositifs anti-intrusion,
  • Divers détecteurs, de fumée, de fuite.

Rappel : l’ETEL est obligatoire pour toutes nouvelles constructions et s’applique aussi bien aux habitations individuelles qu’aux logements collectifs. Pour les habitations anciennes, il est obligatoire seulement en cas de rénovation totale.

Des électriciens professionnels de votre région chiffrent gratuitement vos travaux d’électricité >>

La norme électrique pour la salle de bain

Pour la salle de bain, la norme NFC 15-100 apporte également quelques changements, le plus important étant la suppression du volume 3 et la création d’un volume 0, le volume situé en dessous de la douche ou de la baignoire. Tout appareillage et installation électrique est tout simplement proscrit pour ce nouveau volume.

Remarque : les baignoires équipées ne sont par contre pas visées par cette disposition.

Les perspectives d’évolution de la norme électrique

Les perspectives d’évolution de la norme électrique sont nombreuses. À titre d’exemple, l’arrivée imminente des voitures électriques et hybrides implique déjà l’obligation de prévoir une borne de rechargement dans les nouveaux immeubles d’habitation collectifs ayant obtenu leurs permis de construire postérieurement au 1er janvier 2017. Pour le moment, l’installation de ces points de recharge reste facultative pour les maisons individuelles.